Covid-19 FAQ

Covid-19 FAQ

Les écoles obligatoires doivent-elles offrir des cours en présentiel à partir du 11 mai ?

Cela dépend de la réglementation en vigueur dans le canton concerné.

A partir du 11 mai 2020, les cours en présentiel dans les écoles obligatoires seront à nouveau autorisés, à condition qu'un concept de protection soit mis en place, mettant en œuvre les principes de base de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les principes de base et le concept de protection doivent garantir que le risque de transmission est minimisé pour les élèves, les enseignants et les autres personnes travaillant à l'école. La responsabilité du concept de protection incombe à l'école en question, tandis que la surveillance incombe aux cantons.

Si un canton se prononce contre les cours en présentiel, il doit mettre à disposition des élèves une offre appropriée de structures d'accueil.

Une enseignante de l'école obligatoire est-elle autorisée à refuser des cours en présentiel à cause du COVID-19 ?

En principe, non. Une exception est possible pour les enseignantes qui sont considérées comme particulièrement à risque.

À partir du 11 mai 2020, l'enseignement en présentiel sera à nouveau possible dans les écoles obligatoires, c'est-à-dire au jardin d’enfants, à l'école primaire et au secondaire I (cf. ci-dessus). La relation de travail des enseignantes n'est pas spécifiquement réglementée dans l’ordonnance 2 COVID-19. L'école doit élaborer un concept de protection basé sur les principes de base des écoles de l'OFSP. Le concept devrait, d'une part, protéger les personnes particulièrement vulnérables et, d'autre part, maintenir généralement les nouveaux cas de maladie à un niveau bas.

Les enseignantes des écoles obligatoires sont généralement tenues d'être présentes sur place. L'employeuse peut donc en principe obliger l'enseignante à enseigner sur place. Toutefois, elle doit adapter le lieu de travail aux enseignantes qui sont particulièrement vulnérables. L'école doit concevoir le lieu de travail de manière à minimiser autant que possible le risque d'infection, mais cela risque d'être régulièrement impossible lors des cours de l'école obligatoire. Si, malgré les mesures prises, une enseignante particulièrement vulnérable estime que le risque d'infection est trop élevé pour des raisons particulières, elle peut refuser de travailler sur place. Sur demande, l'enseignante doit présenter une attestation médicale à son employeuse. Une enseignante qui vit dans le même ménage qu'une personne particulièrement vulnérable doit également être protégée. Conformément aux principes de base des écoles de l'OFSP, elle devrait essayer de trouver une solution individuelle avec l'école, en tenant compte du droit du personnel applicable.

Puis-je refuser d'envoyer mon enfant à l'école ?

Cf. article lexNews.

Le soutien scolaire complémentaire est-il également ouvert à partir du 11 mai 2020 ?

En principe oui, à condition que les institutions aient élaboré et mis en œuvre un concept de protection basé sur les principes de base de l'OFSP pour les écoles.

Les principes de base de l’OFSP pour les écoles affirment que les mêmes principes s'appliquent que pour les écoles obligatoires. Les établissements de soutien scolaire complémentaire doivent prendre des mesures supplémentaires si les enfants y mangent. Le personnel qui sert la nourriture doit également être protégé, par exemple au moyen de panneaux de plexiglas. Les enfants ne doivent pas se servir eux-mêmes de nourriture ou de couverts.

Les cours en présentiel des écoles post-obligatoires sont-ils totalement interdits ?

Non. Depuis le 11 mai 2020, les classes en présentiel avec un maximum de cinq personnes sont également autorisées dans les écoles post-obligatoires.

Les écoles doivent veiller à ce que les règles d'hygiène et de distance soient respectées. Les principes de base des écoles de l'OFSP s'appliquent en conséquence. L'école doit notamment développer un concept de protection basé sur les principes de base. Ce concept devrait, d'une part, protéger les personnes particulièrement vulnérables et, d'autre part, maintenir les nouvelles infections à un faible niveau.

Une enseignante de l'école post-obligatoire est-elle autorisée à refuser de donner des cours en présentiel en raison du COVID-19 ?

En principe, non. Une exception est possible pour les personnes enseignantes qui sont considérées comme particulièrement vulnérables.

À partir du 6 juin 2020, il est prévu de reprendre les cours en présentiel dans les écoles post-obligatoires, c'est-à-dire les lycées, les écoles de métier et les hautes écoles. Si l'école organise des cours en présentiel, les enseignants doivent diriger ces cours conformément à leur contrat de travail.

Toutefois, l'enseignement à distance est plus facile à mettre en œuvre à ce niveau en raison de l'âge des élèves. Pour les enseignants qui sont particulièrement exposés, cela signifie que leur présence sur place n'est pas toujours indispensable. Si leur présence n'est pas indispensable, l'employeuse leur attribue un emploi de remplacement équivalent qu'ils peuvent effectuer depuis leur domicile. Pour un enseignant particulièrement vulnérable, cela peut signifier qu'il peut continuer à donner un enseignement à distance. Dans ce cas également, l'employeuse peut exiger une attestation médicale.

Les règles applicables aux enseignants qui vivent dans le même ménage qu'une personne particulièrement vulnérable n'ont pas encore été définies. Ces enseignants doivent également être protégés dans tous les cas. Ici aussi, une discussion avec l'école est la première étape pour trouver une solution individuelle conformément au droit du personnel applicable.

Annulation de l’examen de maturité, mauvais certificat. Puis-je me défendre ?

Si vous avez réussi la maturité, vous aurez peu de chance de réussite avec un recours.

Comme l'a décidé le Conseil fédéral le 29 avril 2020, les cantons peuvent annuler les examens de maturité. Les notes de votre certificat de maturité seront fixées dans toutes les matières en fonction de vos performances au cours de la dernière année de formation dans laquelle une matière a été enseignée. La notation du travail de maturité tient compte du processus de travail, du travail écrit et de la présentation. Si vous n'avez pas pu présenter votre travail de maturité, la note est composée de l'évaluation du processus de travail et du travail écrit.

Tant que vous passez votre maturité avec ces notes, vous ne pourrez guère contester avec succès le certificat ou les évaluations individuelles. Selon la jurisprudence du Tribunal fédéral, les notes individuelles ne sont « que les éléments qui conduisent à une évaluation globale. Par conséquent, les notes individuelles ne peuvent en principe pas être contestées indépendamment ». À moins d'être rejeté par un prochain établissement scolaire en raison de votre moyenne, vous avez donc peu de chance d'obtenir gain de cause en appel.

Toutefois, si vous ne réussissez pas la maturité en raison de ce changement de règles, vous devez avoir la possibilité de passer les examens de manière régulière.

Examen de maturité professionnelle annulé, mauvais certificat. Puis-je me défendre ?

Si vous avez réussi la maturité professionnelle, vous aurez peu de chance de réussite avec un recours.

Contrairement à la maturité gymnasiale, la maturité professionnelle est réglementée par la Confédération, ce qui signifie que les cantons n'ont pratiquement aucun pouvoir de décision dans ce domaine : il n'y a pas d'examen final pour la maturité professionnelle fédérale.

D'une part, les notes finales sont basées sur les examens finaux déjà passés.  Les examens professionnels qui n'ont pas été entièrement réalisés ne sont pas pris en compte.

D'autre part, les notes des certificats sont basées sur les notes d'expérience. Elles sont calculées à partir de la moyenne de toutes les notes semestrielles dans la matière correspondante, à condition qu'au moins deux notes soient disponibles par semestre. Le décompte des notes de l'enseignement à distance est réglementé différemment d'un canton à l'autre. Toutefois, si la note du second semestre est inférieure à celle du premier, la note du premier semestre est reprise pour le second. Si la matière n'a été enseignée qu'au second semestre et qu'aucune note ne peut être fixée, la mention « accompli » est inscrite sur le certificat de maturité professionnelle. Un système de notation similaire est utilisé pour le travail interdisciplinaire.

Tant que vous passez votre maturité avec les notes ainsi fixées, vous pouvez difficilement contester le certificat ou les notes individuelles avec succès. Selon la jurisprudence fédérale, les notes individuelles ne sont « que les éléments qui conduisent à une évaluation globale. Par conséquent, les notes individuelles ne peuvent pas être contestées indépendamment ». À moins d'être rejeté par un futur établissement scolaire en raison de votre moyenne, vous avez peu de chances d'obtenir gain de cause en appel.

Toutefois, si vous ne réussissez pas la maturité professionnelle en raison du changement de système, vous devez avoir la possibilité de passer les examens finaux.


Est-ce que ce document vous a été utile ?