Covid-19 FAQ

Droit d’ordonnance de nécessité du Conseil fédéral

Combien de temps les ordonnances de nécessité du Conseil fédéral restent-elles en vigueur ?

Les ordonnances fondées directement sur la Constitution fédérale sont valables au maximum six mois après l'adoption des dispositions correspondantes.

Pour que leur contenu reste en vigueur plus longtemps, le Conseil fédéral doit soumettre un projet de loi à l'Assemblée fédérale au plus tard à cette date, c'est-à-dire six mois après l'adoption de l'ordonnance en question. Toutefois, l'Assemblée fédérale peut, sur la base de la Constitution fédérale, abroger ou modifier les ordonnances d'urgence déjà avant.

Le 29 avril 2020, le Conseil fédéral a décidé de soumettre au Parlement une motion visant à transférer les ordonnances d'urgence en loi fédérale d'urgence. Le 19 juin, le Conseil fédéral a ouvert la procédure de consultation relative à la loi fédérale sur les bases légales des ordonnances du Conseil fédéral visant à surmonter l'épidémie de Covid-19 afin de recueillir l'avis des cantons, des partis politiques et des autres milieux intéressés sur la loi de transfert COVID-19. La procédure de consultation a duré jusqu’au 10 juillet 2020, est ouverte au public et toute personne intéressée a pu y prendre part.

Le 12 août 2020, le Conseil fédéral a pris acte du résultat de la procédure de consultation, a adopté le message relatif au projet de loi et l'a soumis au Parlement. Le Parlement examinera le projet lors de la session d'automne en cours, du 7 au 25 septembre 2020. Le Conseil fédéral a demandé au Parlement de déclarer la loi fédérale comme urgente. Si le Parlement suit cette demande, la loi fédérale entrera en vigueur immédiatement après la décision parlementaire. Il est néanmoins soumis à un référendum facultatif - bien que rétroactif.

(Etat : 26.09.2020)

Que signifie la « situation extraordinaire » ?

Le 16 mars 2020, le Conseil fédéral a ordonné la situation extraordinaire conformément à la loi sur les épidémies. Cela a permis au Conseil fédéral d'exercer des pouvoirs d'urgence : il a pu édicter des ordonnances et des décrets rapidement et sans l'intervention du Parlement, notamment pour prévenir ou remédier à des troubles graves de l'ordre public.

Le droit d’ordonnance de nécessité n'a généralement pas abrogé les règles existantes. Toutefois, le Conseil fédéral a pu modifier, abroger ou compléter dans un bref délai des dispositions d'ordonnances et de lois.

Que signifie la « situation particulière » ?

Le 19 juin 2020, le Conseil fédéral a mis fin à la situation extraordinaire et a ordonné la situation particulière conformément à la loi sur les épidémies. Dans la situation particulière prévue par la loi sur les épidémies, le Conseil fédéral ne peut plus prendre toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la pandémie, mais uniquement les mesures prévues par la loi. Il doit également consulter les cantons avant d'adopter les mesures.

Le Conseil fédéral peut prendre les mesures suivantes après avoir entendu les cantons conformément à la loi sur les épidémies :

  • Mesures à l'encontre de personnes individuelles ;
  • Mesures contre la population ;
  • Exiger des médecins et autres professionnels de la santé qu'ils coopèrent dans la lutte contre les maladies transmissibles ;
  • Rendre les vaccinations obligatoires pour les groupes de population vulnérables, pour les personnes particulièrement exposées et pour les personnes exerçant certaines activités.

La loi COVID-19 donne à la Confédération le pouvoir d'adopter des mesures supplémentaires dans les domaines suivants :

La Confédération associe les cantons et les organisations faîtières des partenaires sociaux à l'élaboration des mesures. Elle consulte au préalable les commissions parlementaires compétentes sur les modifications prévues des ordonnances et informe le Parlement sur la mise en œuvre de la loi.

Les dispositions de la loi COVID-19 sont valables jusqu'au 31 décembre 2022, à l'exception de la compensation pour perte de gains, qui est valable jusqu'au 30 juin 2021.

Le canton peut-il édicter des règles différentes ?

Oui, sous certaines conditions, le canton peut, dans la situation particulière, édicter des règles dans certains domaines qui diffèrent de celles de la Confédération.

Dans cette situation particulière, les cantons ont une fois de plus la responsabilité principale. La Confédération ne peut prendre des mesures qu'après avoir consulté les cantons et uniquement celles qui sont prévues dans la loi sur les épidémies ou dans la loi COVID-19. En particulier, l' « ordonnance COVID-19 Situation particulière » laisse aux cantons le soin de réglementer certains domaines de manière moins stricte ou plus rigoureuse en s'écartant des exigences fédérales.

Un allégement est également possible, par exemple dans les exigences relatives au concept de protection. Avant de prendre des mesures plus sévères que l’Etat, telles que l'interdiction de manifestations et d'activités ou la fermeture d'écoles, d'autres institutions publiques ou d'entreprises privées, les cantons consultent l'OFSP.

(Etat : 29.10.2020)


Est-ce que ce document vous a été utile ?