Covid-19 FAQ

Covid-19 FAQ

Quelles règles s’appliquent en droit du travail pendant la situation extraordinaire ?

Le 16 mars 2020, le Conseil fédéral a ordonné la situation extraordinaire conformément à la loi sur les épidémies. Le Conseil fédéral a ainsi le droit d’ordonnance d'urgence : il peut édicter des ordonnances et prendre des décisions rapidement et sans l'intervention du Parlement, notamment pour prévenir ou remédier à des troubles graves de l'ordre public.

Le droit d'ordonnance d'urgence n'abroge généralement pas les règles applicables du droit du travail. Toutefois, le Conseil fédéral peut modifier, abroger ou compléter dans un bref délai des dispositions d'ordonnances et de lois. En droit du travail, il l'a fait notamment avec les ordonnances suivantes :

Combien de temps les ordonnances d'urgence du Conseil fédéral restent-elles en vigueur ?

Sous cette forme, au maximum six mois après l'adoption de l'ordonnance en question. Pour que leur contenu reste en vigueur plus longtemps, le Conseil fédéral doit soumettre un projet de loi à l'Assemblée fédérale au plus tard à cette date, c'est-à-dire six mois après l'adoption de l'ordonnance en question. Toutefois, l'Assemblée fédérale peut, sur la base de la Constitution fédérale, abroger ou modifier les ordonnances d'urgence déjà avant.

Le 29 avril 2020, le Conseil fédéral a décidé de soumettre au Parlement une motion visant à transférer les ordonnances d'urgence en loi fédérale d'urgence. En juin, le Conseil fédéral ouvrira une procédure de consultation afin de recueillir l'avis des cantons, des partis politiques et des autres milieux intéressés sur la loi de transfert COVID-19. La procédure de consultation est ouverte au public et toute personne intéressée peut y prendre part.

(Date: 12.05.2020)

Le canton ou une autre autorité peuvent-ils édicter des règles différentes ?

Si l'ordonnance réglemente expressément quelque chose, non. Par exemple, un canton ne peut pas fermer des magasins alimentaires et une école ne peut pas fermer plus longtemps que ce qui est défini dans l'ordonnance. Si l'ordonnance ne réglemente pas délibérément quelque chose, par exemple, elle ne prévoit pas d'interdiction de sortie, aucun canton ne peut imposer une interdiction de sortie pour tous ou pour certains groupes de personnes. Si l'ordonnance ne contient aucune disposition sur une question particulière, les cantons, les communes ou les institutions concernées conservent la compétence réglementaire.

Qui puis-je contacter si j'ai des questions sur les ordonnances d'urgence ?

L'exécution des mesures fédérales reste du ressort des cantons. Si vous avez des questions ou si vous souhaitez déposer une réclamation, vous pouvez vous adresser à l'autorité cantonale compétente.

J'appartiens à un groupe à risque. Dois-je encore aller travailler à l’extérieur ?

Non. Si vous ne pouvez effectuer votre travail que sur votre lieu de travail habituel, votre employeuse doit en principe vous attribuer un travail de remplacement équivalent que vous pouvez effectuer depuis votre domicile.

Toute personne âgée de plus de 65 ans, souffrant d'hypertension, de diabète, de maladies cardiovasculaires, de maladies respiratoires chroniques, de maladies et de thérapies qui affaiblissent le système immunitaire ou ayant un cancer appartient à un groupe à risque.

Si votre travail est lié au lieu, et que votre présence sur le terrain est essentielle, votre employeuse peut toutefois vous demander de continuer à travailler sur votre lieu habituel. Ceci est soumis aux conditions suivantes :

  • Votre employeuse vous écoute au préalable ;
  • Votre lieu de travail est conçu de telle sorte que tout contact étroit avec d'autres personnes est exclu ;
  • S'il n'est pas toujours possible d'éviter un contact étroit, votre employeuse doit prendre les mesures de protection appropriées.

S'il ne vous est pas possible de travailler dans ces conditions conformément à votre contrat de travail, votre employeuse doit vous attribuer un travail de remplacement équivalent sur place pour la même rémunération.

Si votre travail est lié au lieu de travail et que votre employeuse n'est pas en mesure de vous trouver une activité conforme aux conditions décrites ci-dessus, vous pouvez rester à la maison en tant que personne particulièrement vulnérable. La même chose s’applique si vous estimez que le risque est trop élevé malgré toutes les mesures de précaution. Votre employeuse vous doit votre salaire pour cette période. Votre employeuse peut toutefois vous mettre au chômage partiel. Votre consentement est nécessaire pour cela, comme pour le chômage partiel régulier. Il n'est toutefois pas nécessaire de donner votre accord par écrit, votre employeuse doit simplement confirmer aux autorités cantonales que vous acceptez le chômage partiel.

Si votre travail n’est pas lié au lieu de travail, vous avez le droit au télétravail, pour autant que vous apparteniez à un groupe à risque. Discutez avec votre employeuse pour savoir si vous travaillerez entièrement avec l'infrastructure de l'entreprise, comme les ordinateurs portables de l'entreprise, ou également avec des appareils privés. Dans tous les cas, l'infrastructure doit être adaptée à votre travail et doit être conforme aux règles de sécurité telles que les exigences en matière de protection des données.

Dans tous les cas, où vous faites appel à un risque particulier et à des mesures de votre employeuse, votre employeuse peut exiger un certificat médical prouvant votre risque particulier.

(Date: 27.04.2020)

Je n'appartiens à aucun groupe à risque et je travaille au bureau. Puis-je encore travailler comme avant ?

Oui, mais le bureau ne doit pas être ouvert au public. En outre, les règles d'hygiène et de distance s'appliquent sur le lieu de travail pour toutes les personnes, y compris celles qui ne sont pas particulièrement à risque.

Votre employeuse doit veiller à ce qu'il y ait une distance suffisante entre les employés : Cela s'applique aussi bien à votre bureau qu'aux réunions. Comme règle de base, chaque personne doit disposer de 4 m2 d'espace disponible.

Votre employeuse doit fermer les espaces de bureau au public. D'autre part, vous pouvez continuer à offrir des services de conseil et à prendre des rendez-vous individuels avec les clients. Vous pouvez le faire aussi bien dans les espaces de bureaux que dans des pièces privées. Dans tous les cas, vous devez respecter les règles d'hygiène et de distance.

Je n'appartiens à aucun groupe à risque et je travaille sur un chantier de construction. Puis-je travailler comme avant ?

Les chantiers de construction ne sont pas ouverts au public, c'est pourquoi vous êtes généralement autorisé à continuer à travailler.

Cela s'applique aux secteurs principaux et secondaires du bâtiment, ces derniers comprenant des branches tels que la menuiserie, la peinture et le plâtrage, la construction métallique, l'ingénierie des services du bâtiment, l'enveloppe du bâtiment, l'installation électrique, les échafaudages et les industries de fourniture de marbre et de granit, de produits en béton, de briques et de tuiles et de ciment.

Toutefois, votre employeuse doit s'assurer que vous, en tant qu'employé, pouvez respecter les règles d'hygiène et de distanciation. Elle doit notamment limiter le nombre de personnes présentes sur le chantier à un moment donné et veiller à ce que vous puissiez respecter les règles de distance dans les salles de pause et les cantines. Les organes cantonaux d'exécution compétents de la loi sur le travail et de la loi sur l'assurance-accidents surveillent les chantiers et les entreprises.

Si votre employeuse ne respecte pas ces directives, l'autorité cantonale compétente peut fermer le chantier ou certaines entreprises. En tant qu’employé, vous pouvez également vous défendre nommément en informant votre employeuse de son devoir de diligence.

Je travaille dans le secteur de la santé. Puis-je travailler comme avant ?

Oui, les établissements de santé peuvent rester ouverts et sont désormais également autorisés à fournir à nouveau tous les services. Cependant, les cantons et les hôpitaux doivent s'assurer qu'ils disposent d'une capacité suffisante pour les patients COVID-19.

Afin de pouvoir commencer à exploiter régulièrement l'établissement de santé, l'employeuse doit élaborer et mettre en œuvre un concept de protection. Le concept de protection doit minimiser le risque de transmission tant pour les patients que pour les personnes travaillant dans l’établissement. Dans la mesure du possible, les associations commerciales ou professionnelles élaborent des concepts approximatifs sur lesquels les différents établissements peuvent se baser pour leur travail. Si aucun concept de protection adapté n'est disponible ou si l'entreprise ne s'y conforme pas, les autorités cantonales compétentes fermeront l'installation.

(Date: 27.04.2020)

Je nettoie les bureaux. Puis-je travailler comme avant ?

Oui, puisqu'ils ne sont pas ouverts au public.

Toutefois, votre employeuse doit veiller à ce que les règles d'hygiène et de distance soient respectées.

Même si vous êtes indépendant et que vous dirigez une entreprise de nettoyage, vous pouvez toujours travailler comme avant. Toutefois, si votre siège est ouvert au public, vous devez le fermer.

Je travaille à l'heure. En raison de la pandémie, mon employeuse m’empêche de travailler. Est-elle autorisée à le faire ?

En général, non. Elle doit vous engager selon la quantité de travail initialement prévue.

Si vous offrez votre prestation de travail et que votre employeuse vous empêche de travailler, elle se retrouve en cas de demeure et doit vous verser le salaire.

Toutefois, votre employeuse peut également demander une indemnité de chômage partiel en votre nom en tant qu'employée travaillant sur une base horaire.

Le chômage partiel COVID-19 est également possible pour les employés sur appel : si votre niveau d'emploi est soumis à de fortes fluctuations (plus de 20 %), vous avez également droit à une indemnité de chômage partiel si vous travaillez pour l'entreprise depuis plus de 6 mois. Dans ce cas, l'autorité compétente détermine la perte d'heures de travail sur la base des 6 ou 12 derniers mois, selon ce qui est le plus favorable pour vous en tant qu’employé.

(Date: 27.04.2020)

Dois-je prendre les vacances prévues alors que je ne peux pas voyager ?

Oui, si votre employeuse a déjà approuvé vos vacances et refuse de les reporter.

Votre employeuse doit tenir compte de vous et de vos souhaits en déterminant les dates de vos vacances. Toutefois, elle ne doit le faire que dans la mesure où cela est compatible avec les intérêts de l'entreprise. Si tous les employés reportent désormais leurs vacances à la fin de la pandémie, cela n'est généralement plus compatible avec les intérêts de l'entreprise.

Mon employeuse est-elle autorisée à ordonner des vacances à court terme en raison de la pandémie ?

Non, si vous n’êtes pas d’accord.

L'employeuse décide des dates des vacances, mais elle doit tenir compte de vous et de vos souhaits. Cela exclut la possibilité d’ordonner des vacances à court terme contre votre gré. A titre indicatif, un préavis d'environ 3 mois est nécessaire.

Dois-je accepter des heures négatives parce que mon employeuse ne veut pas demander de chômage partiel ?

En principe, non.

Si vous offrez vos services et que votre employeuse ne les accepte pas par sa propre faute, votre employeuse doit continuer à vous verser votre salaire et vous n'êtes généralement pas obligé de fournir encore votre travail. Si votre employeuse renonce à la demande d'indemnisation pour chômage partiel, vous ne devez pas la « payer » au moyen de prestations ultérieures.

Toutefois, votre employeuse ne peut demander une indemnité de chômage partiel que si la perte d'heures de travail par exercice comptable représente au moins 10% du total des heures normalement effectuées par les employés de l'entreprise. Si votre employeuse renonce à la demande parce qu'elle doute que ce seuil soit atteint, vous n'êtes toujours pas astreint aux heures négatives. Toutefois, vous pourrez peut-être parvenir à un accord avec votre employeuse, s’il s'agit de peu d'heures et vous pourrez peut-être les rattraper une fois que la situation sera redevenue normale.

Je suis membre de la direction et je ne peux plus travailler en raison des mesures prises par la Confédération. Ai-je droit à une indemnité ?

Oui. Contrairement à l’indemnité du chômage partiel ordinaire, le chômage partiel du COVID-19 permet également aux membres de la direction de remplir les critères d'éligibilité pour une indemnité de chômage partiel.

L’indemnité pour chômage partiel ordinaire exclut du groupe des ayants droit les personnes qui ont une influence décisive sur les décisions de l'employeuse. Toutefois, selon l'ordonnance Covid-19 sur l'assurance chômage, « les personnes qui fixent les décisions que prend l’employeur – ou peuvent les influencer considérablement – en qualité d’associé, de membre d’un organe dirigeant de l’entreprise ou encore de détenteur d’une participation financière à l’entreprise ont le droit à l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail; il en va de même des conjoints ou des partenaires enregistrés de ces personnes, qui sont occupés dans l’entreprise ».

Une somme forfaitaire de 3’320 CHF est versée pour un poste à temps plein.

Je suis employé et je ne suis plus autorisé à exercer ma profession en raison des mesures de la Confédération. Ai-je encore droit à mon salaire ?

Oui. Mais votre employeuse peut, avec votre accord, demander le chômage partiel.

Si vous n'êtes plus autorisé à travailler en raison des mesures de la Confédération, il s'agit d'une perte de travail à prendre en considération. Si vous ne pouvez travailler qu'une partie de votre temps en raison des mesures fédérales, cela est aussi considéré comme une perte de travail à prendre en considération. Toutefois, ce montant doit représenter au moins 10% des heures normalement travaillées par les employés de l'entreprise pour chaque exercice comptable.

L’indemnité s'élève à 80 pourcent de la perte de revenus à créditer. Le salaire convenu au cours de la dernière journée de paie avant le début du chômage partiel est déterminant. Si vous n'êtes touché que par une perte de revenus partielle, votre employeuse doit vous verser le salaire intégral pour le travail effectué. Votre employeuse ne peut exiger une indemnité de chômage partiel que pour le pourcentage de votre incapacité de travail effective, et ne peut vous verser que 80% de cette part. Pour permettre à l'employeuse de calculer le montant exact de l’indemnité, vous devez enregistrer vos absences et les heures que vous avez travaillées chaque jour.

Votre employeuse peut demander une indemnité de chômage partiel pour une durée maximale de douze mois. Si la perte d'heures de travail est supérieure à 85% des heures de travail normales, la durée maximale du droit est réduite à quatre mois.

Je suis en chômage partiel. Dois-je toujours être disponible sur appel à tout moment dans le cadre de mes horaires de travail contractuels ?

Selon l’avis représenté ici, oui.

L'indemnité de chômage partiel couvre le manque à gagner. S'il existe une possibilité de percevoir à nouveau un revenu, vous et votre employeuse devez utiliser cette possibilité. Vous avez droit à 100% du salaire convenu pour le travail réellement effectué.

Mon employeuse a demandé du chômage partiel pour moi contre ma volonté. Est-ce autorisé ?

Non. L'office cantonal compétent ne peut approuver la demande de chômage partiel que si votre employeuse confirme que vous acceptez le chômage partiel.

Toutefois, contrairement au chômage partiel ordinaire, vous n'êtes pas tenu de confirmer votre accord par écrit pour le chômage partiel Covid-19. Si vous n'acceptez pas le chômage partiel, votre employeuse doit continuer à vous verser le salaire complet. Toutefois, votre employeuse est également libre de vous licencier.

Je suis apprentie et j'ai été mise au chômage partiel. Est-ce autorisé ?

Oui.

Contrairement à l’indemnité de chômage partiel ordinaire, le chômage partiel Covid-19 est également possible pour les personnes en apprentissage.

J'ai atteint l'âge ordinaire de la retraite AVS et mon employeuse ne veut pas me mettre au chômage partiel. Est-ce correct ?

Oui, car l'office cantonal compétent devrait rejeter la demande de votre employeuse.

L’indemnité pour chômage partiel est une prestation de l'assurance chômage. Les personnes qui ont atteint l'âge de la retraite AVS ou qui perçoivent une rente de vieillesse AVS n'ont pas droit aux prestations de l'assurance chômage.

J'ai un contrat à durée déterminée. Mon employeuse peut-elle demander une indemnité de chômage partiel pour moi ?

Oui, si vous êtes d'accord.

Contrairement à l'indemnité de chômage partiel ordinaire, votre employeuse peut, dans le cadre du chômage partiel Covid-19, également demander une indemnité de chômage partiel pour vous en tant qu’employé engagé à durée déterminée.

Je me trouve dans un rapport de travail qui a été résilié. Mon employeuse peut-elle demander du chômage partiel pour moi ?

Non.

Mon employeuse doit-elle aussi payer des cotisations aux assurances sociales en cas de chômage partiel ?

Oui.

Elle doit continuer à payer normalement les cotisations aux assurances sociales légales et contractuelles telles que l'AVS/AI/APG/AC, l'assurance accidents. Le montant des cotisations reste le même, car elles sont calculées sur la base des heures de travail contractuelles et, par conséquent, sur la base du salaire convenu par contrat. Les cotisations de l'employé, que l'employeuse déduit de votre salaire, restent également les mêmes.

Comme de nombreuses entreprises ne sont actuellement pas en mesure de payer ces cotisations en raison de problèmes de liquidité, votre employeuse ne devra pas payer d'intérêts sur les cotisations non versées à temps pour la période allant du 21 mars 2020 au 30 juin 2020. Il s'agit d'un sursis automatique de paiement - votre employeuse n'a pas à en faire la demande - mais il ne modifie pas l'obligation de payer. De même, le fait que votre employeuse ne doive pas, en cas de chômage partiel COVID-19, présenter à la caisse d'assurance chômage la confirmation qu'elle continue à payer les cotisations aux assurances sociales, ne change rien à l'obligation de payer.

Je suis en congé maternité. Le chômage partiel a-t-il une influence sur mon indemnité journalière ?

Non.

L'indemnité journalière pendant le congé maternité s'élève à 80 % du revenu moyen que vous avez gagné avant le début du droit à l'indemnité. Comme revenu, on entend le revenu déterminant pour le calcul des cotisations dues à la LAVS et donc le revenu régulier, et non pas le revenu du chômage partiel.

Je suis en congé maladie. Le chômage partiel a-t-il une influence sur mon indemnité journalière ?

Possiblement, oui. Les conditions contractuelles de l’assurance perte de gain en cas de maladie s'appliquent.

Dans son règlement, l’assurance maladie est libre de déterminer la base sur laquelle elle calcule l'indemnité journalière : sur la base du salaire assuré ou sur la base du salaire réduit.

Je suis inapte au travail à cause d'un accident. Le chômage partiel a-t-il une influence sur mon indemnité journalière ?

Non.

L’assurance accidents calcule l'indemnité journalière sur la base des revenus que vous auriez gagnés en l'absence de chômage partiel.

Mon employeuse est-elle autorisée à résilier un contrat de travail sans préavis en raison de la pandémie ?

Non.

Ni la fermeture d'une exploitation ni une mauvaise situation des commandes due à la pandémie ne sont des raisons qui justifient une résiliation sans préavis. Toutefois, votre employeuse a la possibilité de demander une indemnité pour chômage partiel en cas de fermeture d'une exploitation ou de mauvaise situation des commandes.

Mon employeuse peut-elle résilier de façon ordinaire en raison de la pandémie ?

Ce n'est pas clair.

En principe, la liberté de résiliation s'applique en Suisse. Toutefois, si votre employeuse résilie expressément un contrat en raison de la pandémie, cette résiliation pourrait être abusive : la Confédération veut éviter les résiliations grâce à un système d’indemnité de chômage partiel fortement étendu.

Mon employeuse a abandonné et se dirige vers la faillite. Puis-je demander qu'elle introduise le chômage partiel pour éviter la faillite ?

Non. Au départ, la demande d’indemnité du chômage partiel est largement laissée à la discrétion de l'employeuse. En outre, il doit être possible de façon vraisemblable de poursuivre les opérations après la pandémie.

L'indemnité de chômage partiel Covid-19 n'est versée que si « la réduction de l’horaire de travail est vraisemblablement temporaire, et si l’on peut admettre qu’elle permettra de maintenir les emplois en question ».

L'école est fermée ! Je m'occupe des enfants à la maison - quels sont mes droits ?

L'école a fermé : je ne trouve pas de garde pour mes enfants et ne peux donc pas exercer une activité indépendante. Ai-je droit à une indemnité ?

Oui, pour autant que vous ne puissiez pas faire de télétravail, que vous êtes assuré obligatoirement auprès de l'AVS et que vos enfants ont moins de 12 ans. Si votre enfant fréquente une école spéciale, la demande est valable jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de 20 ans. Vous pouvez demander à la caisse de compensation de l'AVS une indemnité pour perte de gain.

Une autre condition est que la situation d'urgence pour la garde soit due uniquement aux mesures prises pour lutter contre la pandémie. Sauf si vous avez prévu la garde d'enfants par des personnes particulièrement vulnérables, comme les grands-parents, ou si vous avez pu compter sur la garde de vacances de l'école : dans ce cas, vous avez droit à une indemnité.

Si toutes les conditions sont remplies, vous pouvez demander à votre caisse de compensation AVS une indemnité pour perte de gain en utilisant le formulaire disponible ici. L'indemnité correspond à 80% du revenu AVS moyen que vous perceviez avant l'ouverture du droit. Le montant maximal de l’indemnité est de 196 CHF par jour, ce qui correspond à un salaire mensuel moyen de 7’350 CHF. La caisse verse l’indemnité rétroactivement. Un seul parent a droit à une indemnité de garde d'enfant par jour de travail.

Le droit commence le 4e jour après que toutes les conditions ont été remplies. Le droit prend fin dès que vous avez trouvé une solution de garde ou au plus tard le 16 mai 2020 si vous êtes autorisé à reprendre votre activité à cette date. La Caisse verse les prestations rétroactivement, et vous pouvez recevoir des indemnités journalières pendant 30 jours au maximum Le droit à des indemnités non perçues expire 5 ans après la levée des mesures.

(Date: 27.04.2020)

J'ai injustement reçu une indemnité pour perte de gains. Dois-je la rembourser ?

En principe, oui.

Vous devez rembourser les prestations reçues illégalement d'une assurance sociale telles que les indemnités pour perte de gain (APG). Toutefois, si vous avez demandé et reçu l'indemnité de bonne foi, vous n'êtes pas tenu de la rembourser si vous vous trouvez dans une situation très difficile. Selon la jurisprudence du Tribunal fédéral, la bonne foi existe si vous n'étiez pas au courant des conditions d'admissibilité et cette ignorance n'est pas due à une négligence grave de votre part.

La demande de remboursement expire un an après que l’APG a eu connaissance de la demande. Elle expire au plus tard cinq ans après le versement de la dernière indemnité pour perte de gains.

Je suis inscrit au chômage. Dois-je encore faire des recherches d’emploi ?

Oui.

Vous devez faire un effort ciblé pour trouver du travail, même dans ces conditions difficiles. Cependant, vous ne devez pas soumettre vos preuves de recherche de travail sur une base mensuelle, mais au plus tard un mois après l'abrogation de l’ordonnance 2 COVID-19.

Je suis inscrit au chômage depuis longtemps. Serai-je à présent en fin de droit ?

Pas pour l'instant. Vous recevez au maximum 120 indemnités journalières supplémentaires en tant que personne bénéficiaire.

Si le Conseil fédéral abroge l'ordonnance COVID 19 sur l'assurance chômage avant l'expiration de ces 120 jours (ouvrables), le droit sera réduit en conséquence. Ce règlement s'applique rétroactivement au 1er mars 2020 : cela signifie que vous pouvez bénéficier des indemnités journalières supplémentaires si vous y aviez droit le 1er mars ou après cette date. En vertu du règlement actuel, le droit aux indemnités journalières supplémentaires est maintenu jusqu'au 31 août 2020.

Si nécessaire, le délai-cadre sera également prolongé de deux ans, ce qui s'applique également aux ayants droit à partir du 1er mars 2020. Le délai-cadre ne sera pas prolongé pour les personnes qui ont atteint l'âge normal de la retraite AVS après le délai-cadre ordinaire.

Mon employeuse peut-elle m'obliger à porter un masque ?

En principe oui, surtout si l'obligation de porter un masque est ancrée dans un plan de protection.

L'employeuse peut vous obliger à porter un masque pendant le travail dans le cadre de son droit de donner des instructions. Si un concept de protection prévoit cette obligation de porter un masque, votre employeuse est même obligée de veiller à ce que vous portiez le masque : si elle ne le fait pas, elle risque la fermeture de l'entreprise par les autorités cantonales compétentes.

Mais que faire s'il n'y a pas de concept de protection ou si le concept de protection ne prévoit pas le port de masques ? Ici aussi, vous devez généralement respecter l'obligation de porter un masque tel que le prescrit votre employeuse. D'une part, l’employeuse a un devoir de sollicitude. Par exemple, si des personnes particulièrement vulnérables travaillent dans l'entreprise, l'une des mesures de protection peut consister à obliger les employés à porter des masques. D'autre part, l’employeuse peut également vous demander de porter un masque en vertu de la liberté contractuelle - à condition que cela ne porte pas atteinte à votre personnalité et que le principe de l'égalité de traitement soit respecté. Toutefois, votre employeuse dispose d'une grande marge de manœuvre à cet égard. Conformément à la jurisprudence du Tribunal fédéral, elle peut également prendre des décisions non objectives et arbitraires. Une instruction, qui peut également inclure l'obligation de porter un masque, n'est illégale que si elle exprime un mépris de la personnalité de l’employé qui lui soit offensant. Cela est possible, mais peut être difficile à prouver.

(Date: 26.05.2020)

Obligation de port du masque au travail ! Qui paie le masque ?

Votre employeuse.

Votre employeuse est tenue de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé des employés. Elle doit notamment fournir à ses employés des équipements individuels de protection si des atteintes à la santé ne peuvent pas être exclu totalement ou partiellement par des mesures d‘ordre technique ou organisationnel.

Contrairement aux autres matériaux de travail (cf. voiture privée pour des trajets professionnels) ou aux vêtements de travail, l'employeuse ne peut ici vous répercuter les coûts, même pas par contrat : Selon la loi, la responsabilité des vêtements de protection est à la charge de l'employeuse,puisqu'elle est responsable de la santé des employés.

(Date: 26.05.2020)


Est-ce que ce document vous a été utile ?