Famille

Puis-je prescrire le régime alimentaire de mon fils à mon ex-femme ?

En principe, non. Si votre fils est chez sa mère, elle peut décider ce qu'elle lui donne à manger. Ceci indépendamment de qui a la garde et de qui est responsable.

Cependant, la nutrition doit aussi servir le bien-être de l'enfant. Vous pouvez donc insister sur un certain type de plats s'il y a des raisons médicales à cela.

Décision quotidienne

Si votre fils est chez votre ex-femme, elle peut prendre des décisions quotidiennes sans vous consulter. Une telle décision de tous les jours inclut également la nutrition. Si, toutefois, vous avez conclu un accord concernant la nutrition dans la convention de divorce, vous et votre ex-femme devez respecter cet accord. Ceci est toujours soumis à la condition que l'alimentation choisie serve le bien-être de l'enfant. Par exemple, les parents doivent assurer un apport suffisant en vitamines vitales, même dans le cas d'un régime végane.

Droit de parole de l‘enfant

À un certain âge, votre fils peut au moins partiellement se faire son propre jugement sur la façon dont il veut se nourrir. S'il est déjà en mesure de porter un jugement sur l’alimentation, vous devez l'inclure dans les décisions pertinentes. Il n'y a pas d'âge limite fixe, mais la règle de base est qu'un enfant âgé d'environ 12 ans peut prendre ses propres décisions.

L’APEA intervient en cas de malnutrition

Si vous ne parvenez pas à un accord avec votre ex-femme et que vous craignez que votre fils souffre de malnutrition ou mette sa santé en danger, vous pouvez contacter l’Autorité de protection de l’enfant et de l’adulte (APEA). Celle-ci examinera la situation et, si nécessaire, prendra les mesures appropriées pour la protection de l'enfant. L’APEA peut vous réprimander, vous et votre ex-femme en tant que parents, vous donner certaines instructions ou désigner un organe approprié auquel vous devez donner un aperçu et des informations.