Famille

Qui décide de ce que mon enfant peut manger ? Moi ou mon ex-femme ?

En principe, c'est le parent avec lequel votre enfant se trouve qui décide du menu. Si votre fils est chez sa mère, c'est elle qui décide de ce qu'elle lui donne à manger. Et ce, quel que soit le détenteur de l'autorité parentale ou de la garde.

L'alimentation est une décision quotidienne que le parent qui s'occupe actuellement de l'enfant peut généralement prendre seul. Si vous avez convenu d'autre chose, notamment dans une convention de divorce, c'est cette réglementation qui s'applique. En outre, plus l'enfant est âgé, plus il a son mot à dire. Enfin, l'alimentation ne doit pas mettre en danger le bien-être de l'enfant. Le cas échéant, l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA) prend également des mesures pour protéger l'enfant.

Celui qui s'occupe de l'enfant décide du menu

Si votre fils est chez votre ex-femme, celle-ci peut prendre des décisions quotidiennes sans vous consulter. L'alimentation fait partie de ces décisions quotidiennes. (Cf. aussi : « Que doit me dire le père de ma fille dont je suis séparé ? »)

Toutefois, si vous avez convenu d'une alimentation dans la convention de divorce, vous et votre ex-femme devez respecter cet accord. Cela à condition que l'alimentation choisie serve le bien de l'enfant.

L'enfant a son mot à dire sur les repas

A partir d'un certain âge, votre fils peut, du moins en partie, se faire sa propre opinion sur la manière dont il souhaite se nourrir. S'il est déjà capable de discernement en matière d'alimentation, vous devez l'impliquer dans les décisions correspondantes. Il n'y a pas de limite d'âge fixe, mais en règle générale, un enfant peut prendre ses propres décisions à partir de 12 ans environ.

L'APEA intervient en cas de malnutrition

Quelle que soit la personne qui décide de l'alimentation de son enfant dans une situation donnée, elle ne doit pas mettre en danger le bien-être de l'enfant. Par exemple, même si l'enfant suit un régime végétalien, les parents doivent s'assurer qu'il reçoive suffisamment de vitamines essentielles. Si vous n'arrivez pas à vous entendre avec votre ex-femme et que vous craignez que votre fils souffre de malnutrition ou que sa santé soit menacée d'une autre manière, vous pouvez vous adresser à l'APEA. Celle-ci examine la situation et prend éventuellement les mesures appropriées pour protéger l'enfant. L'APEA peut vous avertir, vous et votre ex-femme, en tant que parents, vous donner certaines instructions ou désigner un service approprié auquel vous devez donner accès et des informations.

(État : 28 juillet 2022)