Powered by Touring Club Suisse

Autorités

La grève des femmes est-elle un droit constitutionnel ?

La question de savoir si la liberté syndicale constitutionnelle protège la grève des femmes est controversée. D'autre part, la Constitution protège la participation à la grève dans la mesure où il s’agit d’une expression d'opinion.

Selon la Constitution fédérale, une grève est autorisée si elle concerne les relations de travail et qu'aucune CCT ne prescrit l'obligation de préserver la paix du travail.

Droit de grève limité

Si une telle CCT existe, une employée viole ses obligations contractuelles par un arrêt de travail non annoncé et non convenu avec sa personne responsable. Même s'il n'y a pas de CCT, la mesure dans laquelle la grève des femmes relève de la liberté syndicale constitutionnelle est controversée. L'une des raisons en est que les revendications - au moins une partie - visent à faire respecter certaines conditions de travail, mais qu'elles sont également de nature politique.

Licenciement immédiat

Toutefois, une absence ponctuelle du travail ne justifie normalement pas un licenciement immédiat. Néanmoins, si la présence de la salariée est absolument nécessaire et si elle se met en grève sans l'avoir annoncé et convenu, un licenciement immédiat peut être justifié. C'est le cas, par exemple, d'une médecin affectée à un service d'urgence.

Licenciement ordinaire

Si l'employeuse veut licencier son employée de façon ordinaire en raison de sa participation à la grève des femmes, ce n'est généralement pas une bonne idée non plus. En effet, un licenciement est abusif si l'employeuse le prononce parce que l'employée exerce un droit constitutionnel. C’est le cas si une employée fait la grève, parce qu'elle exprime ainsi son opinion. Cependant, l'employée en grève ne conserve pas son emploi même après un licenciement abusif, mais elle a toujours la perspective d'être indemnisée.