Travailler

Je suis enceinte. Mon employeuse peut-elle me licencier pour cette raison ?

Non, pendant et à cause de la grossesse, l'employeuse n'est en principe pas autorisée à mettre fin à l'emploi.

Pendant la grossesse et les 16 semaines qui suivent l'accouchement, vous êtes généralement protégée contre le licenciement. Toutefois, ce soi-disant délai de protection ne commence qu'après la période d'essai. La protection contre le licenciement ne s'applique pas non plus si votre employeuse met fin à la relation de travail immédiatement pour des raisons importantes.

Toutefois, en raison de la loi sur l'égalité, la grossesse ne peut être un motif de licenciement, même pendant la période d'essai, tout comme la maternité n'est pas un motif légal de licenciement après la fin de la période de protection. D'autre part, il n'existe généralement pas de droit à une réduction de la charge de travail après le congé de maternité, bien qu'un tel droit soit parfois inscrit dans la loi, notamment dans les relations de travail de droit public.

Licenciement pendant la grossesse

Si votre employeuse vous licencie pendant la période de protection, vous pouvez légalement l'ignorer : La résiliation est sans effet, la relation de travail reste inchangée. Si votre employeuse veut effectivement mettre fin à votre emploi, elle doit le faire après l'expiration de la période de protection. Si vous êtes enceinte mais que vous ne le savez pas encore, la conséquence juridique de la résiliation pendant la période de protection reste la même : la résiliation est nulle, même si elle semblait initialement valable.

Si, en revanche, vous ne tombez enceinte que pendant le délai de préavis, la résiliation est généralement valable, mais elle est reportée. Le délai de préavis ne recommence à courir que 16 semaines après l'accouchement.

Ces dispositions protectrices ne s'appliquent pas si votre employeuse vous licencie sans préavis. Toutefois, elle doit avoir une raison importante de le faire, à savoir qu'il doit être déraisonnable pour elle de continuer à travailler avec vous en toute bonne foi. Les tribunaux sont très exigeants sur ce caractère déraisonnable. Une raison importante est donc donnée, par exemple, si vous avez commis une infraction pénale au travail ou si vous avez régulièrement refusé de travailler.

Licenciement à cause de grossesse

Le licenciement pour cause de grossesse est valable pendant la période d'essai ou après l'expiration du délai de protection, mais il est en principe abusif. La loi sur l'égalité allège ici la charge de la preuve : il vous suffit de rendre vraisemblable que le licenciement ou le non-emploi était dû à votre grossesse ou à votre maternité. Si vous réussissez, votre employeuse doit prouver qu'elle a mis fin à la relation de travail pour d'autres raisons. Le Tribunal fédéral n'accepte pas ici toutes les justifications ; en particulier, il a rejeté la simple référence à une réorganisation et a obligé l'employeuse à verser des indemnités. (cf. : «Licenciée après le congé maternité : toujours autorisé après une restructuration ? »)

Toutefois, si vous postulez à un emploi en sachant que vous êtes enceinte et que vous ne pouvez pas faire ce travail quand vous êtes enceinte - par exemple, parce que c'est un travail dangereux - vous devez informer la (future) employeuse de votre grossesse. En effet, l'employeuse doit savoir si vous êtes apte à occuper le poste et est en droit de vous demander les informations pertinentes. Si l'employeuse décide de ne pas vous employer ou de vous licencier pendant la période d'essai, cela n'est pas abusif.