Travailler

La météo empêche le travail forestier : le chef peut-il réduire le salaire ?

En principe, oui. Mais à condition que vous soyez d'accord avec la cessation des activités et que votre travail soit inacceptable ou déraisonnable uniquement à cause du mauvais temps.

En tant qu'employé du secteur forestier, vous travaillez dans une branche de l'économie qui a droit à une compensation pour les intempéries. Il s'agit d'une prestation de l’assurance chômage.

Procédure pour une compensation en cas de mauvais temps

Votre employeuse doit informer l'office cantonal de toute perte d'heures de travail due aux intempéries. En principe, il peut faire valoir ce droit pour tous les salariés touchés par les intempéries qui cotisent à l'assurance chômage ou qui n'ont pas encore atteint l'âge minimum pour cotiser à l’AVS. Si l'office cantonal approuve la demande, il verse 80% de votre salaire pour les absences d'une demi-journée ou plus, en soustrayant un délai de carence de 2 à 3 jours et en tenant compte du montant maximum du gain assuré fixé par le Conseil fédéral.

Obligation de l'employeuse de payer à l'avance

Toutefois, vous n'avez pas à attendre que la demande soit approuvée. Votre employeuse est obligée d'avancer cette compensation pour mauvais temps et de vous la payer au moment convenu. Il en va de même pour les paiements de salaire pendant la période d'attente susmentionnée. Votre employeuse est également tenue de payer l'intégralité des cotisations d’assurance sociale légales et contractuelles conformément aux horaires de travail normaux pendant la période de compensation des intempéries. Elle peut déduire la totalité de vos cotisations en tant qu'employé, à moins qu'il n'en soit convenu autrement.