Comportement lors des contrôles de police

Checklist : Contrôle d'alcoolémie sans accident

Quels sont mes droits et devoirs ?

Bref&Concis

  • La police peut effectuer des contrôles routiers sur toutes les voies publiques . Elle dirige notamment ses contrôles sur les manquements en matière de sécurité. Elle procède à des contrôles aléatoires, systématiques ou dans le cadre de contrôles à grande échelle.
  • Les usagers de la route doivent suivre les instructions de la police. Ils ont le devoir de coopérer et sont passibles de poursuites s'ils contrecarrent les mesures visant à évaluer leur aptitude à conduire. La police doit informer l'usager de la route de ces conséquences et documenter le contrôle d'alcoolémie.
  • Toute personne qui a consommé de l'alcool et qui n'est donc plus physiquement et mentalement apte à conduire est considérée comme inapte à conduire et n'est pas autorisée à conduire un véhicule pendant cette période.

Contrôle de l’alcool dans l’air expiré

Sur la voie publique, la police peut effectuer des contrôles d'aptitude à la conduite. « Publiques » sont toutes les routes qui ne sont pas utilisées exclusivement à des fins privées . Le facteur décisif est la possibilité effective d'utilisation. Par exemple, un parking privé peut aussi être considéré comme une route « publique ».

Que la personne concernée donne ou non des raisons de soupçonner qu'elle a bu de l'alcool, la police peut contrôler les personnes suivantes et les soumettre à un alcootest :

  • Conducteur, y compris cycliste ;
  • S'il n'est pas clair laquelle parmi plusieurs personnes a conduit un véhicule, toutes les personnes admissibles ;
  • Les usagers de la route directement ou indirectement impliqués dans des accidents, tels que les piétons ou les utilisateurs de trottinette.

Attention : Le fait de contrecarrer les mesures visant à déterminer l'incapacité de conduire est puni par la loi. Bien qu'un usager de la route puisse refuser un alcootest, la procureur générale peut ordonner un alcootest dans ce cas et l'usager de la route peut être privé de son permis de conduire et condamné à une amende ou à un emprisonnement.

Alcootest

La police est autorisée à effectuer le test d'alcoolémie à l'aide d'un appareil de test

  • au plus tôt après une période d'attente de 20 minutes, ou
  • après l'exécution d'un rince-bouche, en respectant les informations fournies par le fabricant de l'appareil.

Dans un premier temps, la police effectue deux contrôles d'alcoolémie dans l’air expiré. S'ils diffèrent de plus de 0,05 mg/l, elle doit répéter les tests. La valeur inférieure des deux tests est déterminante. La police ne peut pas faire de déduction à partir de la valeur affichée sur l’éthylotest et l’éthylomètre.

Mesure de l'alcoolémie dans l’air expiré

Si les nouveaux tests révèlent également une différence de plus de 0,05 mg/l et qu'il y a des signes d'alcoolisation, la police effectuera un prélèvement d'alcool dans l'haleine avec un appareil de mesure ou la procureur générale ordonnera un prélèvement d'alcoolémie. La police est autorisée à prélever des échantillons d'alcool dans l’air expiré à l'aide d'un appareil de mesure.

  • Effectuer au plus tôt après une période d'attente de 10 minutes ;
  • Si l’appareil de mesure contient encore de l'alcool par voie orale, la police doit attendre encore au moins 5 minutes avant de procéder à l'alcootest.

La police ne peut faire aucune déduction sur le relevé affiché sur l’appareil de mesure d'alcool.

Droits de la personne contrôlée
  • La police doit informer la personne contrôlée qu'elle peut exiger un prélèvement sanguin.
  • La personne contrôlée peut refuser l'échantillon d'alcool dans l’air expiré. La police doit lui faire remarquer que dans ce cas :
    • la procureur générale demandera un échantillon de sang, et
    • elle risque de perdre son permis de conduire et d'être condamnée à une peine privative de liberté ou une peine pécuniaire.
  • La police doit consigner le déroulement de l'alcootest dans un protocole. Ce protocole doit contenir au moins les informations spécifiées par l’OFROU.
  • Si la personne contrôlée prétend avoir consommé une boisson après l'inspection, la police lui posera des questions détaillées sur le type de boisson, la quantité et l'heure de la consommation. La police saisit toutes les preuves.
  • voir aussi la checklist sur les droits vis-à-vis de la police

Contrôle de l’alcoolémie

Comme le sang est prélevé sur l’échantillon d’alcool dans le sang, il s’agit d’une mesure coercitive dans le cadre d’une procédure pénale, que le ministère public ou, le cas échéant, un tribunal doit ordonner. Selon le Tribunal fédéral, la pratique de longue date selon laquelle la police pouvait ordonner elle-même le prélèvement d’alcool dans le sang n’est plus compatible avec les nouvelles dispositions légales.

La procureure générale ou un tribunal peut ordonner un échantillon d'alcool dans le sang si l'échantillon d'alcool dans l’air expiré :
    • est impossible ou
    • n'est pas de nature à établir l'infraction.
La procureure ou un tribunal doit ordonner un prélèvement d'alcool dans le sang si
    • la personne concernée s'oppose, retire ou va à l'encontre de l'objectif de l'action en procédant à l'alcootest ;
    • la personne concernée demande un échantillon d'alcoolémie.

En cas de raisons importantes, la procureure ou le tribunal peuvent également ordonner que l'échantillon de sang soit prélevé contre la volonté de la personne soumise au test.

Droits de la personne contrôlée
  • Si la personne contrôlée refuse de prélever un échantillon de sang, la police doit l'informer que ce refus peut entraîner le retrait de son permis de conduire et une peine privative de liberté ou une peine pécuniaire.
  • La police doit consigner l'ordre de prélèvement de sang dans un protocole. Ce protocole doit contenir au moins les informations spécifiées par l’OFROU.
  • voir aussi la checklist des droits vis-à-vis de la police.

Conséquences en fonction des valeurs testées / mesurées

Valeur inférieure à 0,25 mg/l

Si la valeur inférieure est inférieure à 0,25 mg/l, le conducteur, y compris le cycliste, peut en principe continuer à conduire ou la personne contrôlée peut en principe continuer sans autre conséquence.

Exceptions :

  • En particulier, les conducteurs de poids lourds, les moniteurs d’auto-école, les accompagnateurs d’apprentis conducteurs ou les titulaires d’un permis de conduire à l’essai ne peuvent pas conduire sous influence de l’alcool. Ils ne sont autorisés à poursuivre leur voyage que si la police mesure moins de 0,05 mg/l.
  • Si le résultat de l’alcootest est de 0,15 mg/l ou plus et si l’on soupçonne que le conducteur a conduit un véhicule ivre pendant deux heures ou plus avant la vérification, la police peut demander que la procureure ordonne un test d’alcoolémie.
  • Si la personne contrôlée a violé gravement une autre règle du code de la route et a ainsi accepté un danger grave pour la sécurité d’autrui, elle commet une infraction grave, quelles que soient les valeurs mesurées.
      • L'autorité de retrait retire le permis d'apprentissage ou le permis de conduire de la personne pendant au moins trois mois. Selon que le permis d'apprentissage ou le permis de conduire de la personne contrôlée a déjà été retiré, l'autorité de retrait peut retirer le permis pour une période plus longue, voire pour toujours, et selon la fréquence et les raisons de ce retrait. La police doit immédiatement envoyer le document d'immatriculation du véhicule retiré à l'autorité de retrait. L'autorité de retrait décidera immédiatement du retrait.
      • L’autorité de poursuite pénale compétente punit la personne contrôlée d’une peine privative de liberté pouvant aller jusqu’à trois ans ou d’une peine pécuniaire.
      • L’office fédéral de la justice inscrit, en collaboration avec d’autres autorités fédérales et cantonales, la peine prononcée pour le délit dans le casier judiciaire.
Droits de la personne contrôlée
  • La personne contrôlée a droit à un procès équitable en cas de retrait du permis de conduire. Dans le délai indiqué sur l’ordre, la personne contrôlée peut commenter le retrait du permis de conduire. Elle peut, par exemple, faire valoir que la sécurité d’autrui n’aurait pas été mise en danger ou que cela dépend du véhicule pour des raisons professionnelles. L’autorité compétente doit réexaminer le retrait ou sa durée.
Attention: L’autorité compétente ne peut pas réduire le délai d’attente minimum légal, même si la personne contrôlée est professionnellement dépendante du permis de conduire.
  • voir aussi la checklist sur les droits vis-à-vis de la police
Valeur entre 0,25 mg/l et 0,40 mg/l

Si la valeur mesurée inférieure se situe entre 0,25 et 0,40 mg/l, la personne contrôlée peut confirmer la valeur par sa signature. Les personnes qui ne sont pas autorisées à conduire sous l’influence de l’alcool peuvent accepter une valeur comprise entre 0,05 et 0,40 mg/l sous forme signée. Les cyclistes peuvent accepter une valeur comprise entre 0,25 et 0,55 mg/l sous une forme signée.

Avec ces valeurs, l’incapacité de rouler à cause de l’ivresse est considérée comme prouvée.

• Si la personne contrôlée n’a enfreint aucune autre règle du code de la route, elle commet une légère infraction avec ces valeurs.

Conséquences

    • Le permis de conduire de la personne n’a pas été retiré au cours des deux années précédentes et aucune autre mesure administrative n’a été prise :
      • La police empêche la poursuite du trajet.
      • L'autorité compétente, généralement l'Office de la circulation routière, l’avertit et inscrit l'avertissement juridiquement contraignant dans le registre des mesures administratives (ADMAS) ;
      • L’autorité de poursuite pénale compétente la punit d'une amende et perçoit une taxe sur le verdict ;
      • l'autorité compétente facture à la personne contrôlée l'échantillon d'alcool par air expiré / l'échantillon d'alcool dans le sang et les frais de traitement de l'avertissement.
      • Il n'y a pas d'inscription dans le casier judiciaire.
    • La personne s’est vue retirer son permis de conduire au cours des deux années précédentes ou une autre mesure administrative a été prise :
      • La police empêche la poursuite du trajet ou retire le permis de conduire. Dans ce dernier cas, elle doit immédiatement transmettre le permis de conduire à l'autorité de retrait, généralement l'Office de la circulation routière. L'autorité de retrait décide du retrait sans délai. Elle retire le permis de conduire pendant au moins un mois et inscrit le retrait dans le registre ADMAS dès qu'il est légalement valable ;
      • L'autorité de poursuite pénale compétente la punit d'une amende et perçoit le montant du verdict ;
      • l'autorité compétente facture à la personne contrôlée l'échantillon d'alcool par air expiré / l'échantillon d'alcool dans le sang et les frais de traitement de l'avertissement.
      • Il n'y a pas d'inscription dans le casier judiciaire, sauf si l'amende est supérieure à 5000 Fr.
  • Si la personne contrôlée a également enfreint légèrement une autre règle du code de la route, elle commet une infraction modérée avec ces valeurs.
      • La police empêche la poursuite du trajet ou retire le permis de conduire. Dans ce dernier cas, elle doit le transmettre immédiatement à l'autorité de retrait. L'autorité décide du retrait sans délai. Elle retire le permis de conduire pendant au moins un mois et inscrit le retrait dans le registre ADMAS dès qu'il est légalement valable. Selon que le permis de conduire de la personne contrôlée a déjà été retiré, à quelle fréquence et pour quelle raison, l'autorité de retrait, généralement l'Office de la circulation routière, peut retirer le permis pour une période plus longue ou même pour toujours.
      • L’autorité de poursuite pénale compétente la punit d’une amende et perçoit le montant du verdict ;
      • L’autorité compétente facture à la personne contrôlée l’échantillon d’alcool par air expiré / l’échantillon d’alcool dans le sang et les frais de traitement pour le retrait du permis de conduire.
      • Il n'y a pas d'inscription dans le casier judiciaire, sauf si l'amende est supérieure à 5000 Fr.
  • Si la personne contrôlée a violé gravement une autre règle du code de la route et a ainsi induit un danger grave pour la sécurité d’autrui, elle commet une infraction grave, quelles que soient les valeurs mesurées.
      • La police prendra le permis de conduire et le transmettra immédiatement à l'autorité de retrait, généralement l’Office de la circulation routière. L'autorité décide immédiatement du retrait. Elle retire le permis de conduire pendant au moins trois mois et inscrit le retrait dans le registre ADMAS dès qu'il est légalement valable. Selon que le permis de conduire de la personne contrôlée a déjà été retiré, l'autorité de retrait peut retirer le permis pour une période plus longue, voire pour toujours, et selon la fréquence et les raisons de ce retrait.
      • L'autorité de poursuite pénale compétente la punit d'une peine privative de liberté pouvant aller jusqu'à trois ans ou d'une peine pécuniaire et perçoit le montant du verdict ;
      • L'autorité compétente facture à la personne inspectée l'échantillon d'alcool dans l’air expiré ou l'échantillon d'alcool dans le sang et les frais de traitement pour le retrait du permis.
      • L’office fédéral de la justice inscrit, en collaboration avec d’autres autorités fédérales et cantonales, la peine prononcée pour le délit dans le casier judiciaire.
Droits de la personne contrôlée
  • La police doit informer la personne contrôlée qu'elle peut exiger un prélèvement sanguin.
  • Si l'échantillon d'alcool par air expiré indique une valeur comprise entre 0,25 et 0,40 mg/l, la personne contrôlée peut accepter la valeur par signature. Dans ce cas, la police doit informer la personne contrôlée que cette reconnaissance du résultat du test d'alcoolémie entraînera le retrait et l'ouverture d'une procédure pénale.
  • La personne contrôlée a le droit d'être entendue si son permis de conduire est retiré. Dans le délai indiqué sur l'ordre, la personne peut commenter le retrait du permis de conduire. L'autorité compétente doit réexaminer le retrait ou sa durée.
  • L'intéressé peut faire appel d'une amende, d'une peine pécuniaire ou d'une peine privative de liberté conformément au Code de procédure pénale.
  • Voir aussi la Checklist sur les droits vis-à-vis de la police
Valeur supérieure à 0,40 mg/l

Si la valeur mesurée inférieure est supérieure à 0,40 mg/l, la personne contrôlée n'a pas besoin de reconnaître la valeur car elle est considérée comme concluante. Si, toutefois, la personne contrôlée en reconnaît la valeur, cette reconnaissance du résultat du test d'alcoolémie par air expiré entraîne notamment l'ouverture d'une procédure de retrait et d'une procédure pénale.

Ces valeurs sont considérées comme une concentration d'alcool qualifiée et constituent donc une violation grave de la loi sur la circulation routière.
      • La police prendra le permis de conduire et doit le transmettre immédiatement à l'autorité de retrait, généralement l’Office de la circulation routière. L'autorité décide immédiatement du retrait. Elle retire le permis de conduire pendant au moins trois mois et inscrit le retrait dans le registre ADMAS dès qu'il est légalement valable. Selon que le permis de conduire de la personne contrôlée a déjà été retiré, l’Office de la circulation routière peut retirer le permis pour une période plus longue, voire pour toujours, selon la fréquence et la raison.
      • L'autorité de poursuite pénale compétente la punit d'une peine privative de liberté pouvant aller jusqu'à trois ans ou d'une peine pécuniaire et perçoit le montant du verdict ;
      • L'autorité compétente facture à la personne contrôlée l'échantillon d'alcool par air expiré / l'échantillon d'alcool dans le sang et les frais de traitement pour le retrait du permis de conduire.
      • L’office fédéral de la justice inscrit, en collaboration avec d’autres autorités fédérales et cantonales, la peine prononcée pour le délit dans le casier judiciaire.
Si la valeur mesurée inférieure est supérieure à 0,80 mg/l, la personne sous contrôle doit en outre :
        • passer un test d'aptitude à la conduite (voir lexNews).
Droits de la personne contrôlée
  • La police doit informer la personne contrôlée qu'elle peut exiger un prélèvement sanguin.
  • La personne contrôlée a droit à un procès équitable en cas de retrait de son permis de conduire. Dans le délai indiqué sur l'ordre, la personne peut commenter le retrait du permis de conduire. L'autorité compétente doit réexaminer le retrait ou sa durée.
  • La personne concernée peut faire appel d'une amende, d'une peine pécuniaire ou d'une peine privative de liberté conformément au Code de procédure pénale.

Est-ce que ce document vous a été utile ?