Powered by Touring Club Suisse

Consommation & Internet

Puis-je résilier mon abonnement de fitness plus tôt si je déménage ?

En principe, oui. Si vous déménagez assez loin, ce qui vous empêche de vous entraîner dans votre salle d'origine, c'est une raison importante qui vous donne le droit de résilier votre contrat avant son terme.

Un abonnement de fitness constitue un contrat de durée. En principe, vous pouvez le résilier de façon prématurée en cas de raison importante. Cela est plus facile si les conditions générales mentionnent les « raisons importantes » et qu'elles reconnaissent le départ comme une raison importante. Vous n'êtes lié par les délais de préavis associés que si votre déménagement était prévisible et que vous avez eu suffisamment de temps pour en informer la salle de fitness à l'avance. Dans le cas contraire, vous pouvez toujours présenter une successeur : si elle reprend votre contrat tel quel, le fitness doit vous libérer du contrat sans préavis.

Départ comme raison importante

Mais même si les conditions générales excluent catégoriquement la résiliation anticipée, il y a une solution pour vous : si vous pouvez prouver que le maintien du contrat n'est pas raisonnable pour vous, vous pouvez résilier le contrat avant son terme. Un maintien du contrat, bien que vous ne puissiez plus vous entraîner en raison de l'éloignement de votre nouveau lieu de domicile, est généralement déraisonnable et vous donne le droit de résilier le contrat avant son terme. La résiliation du contrat sans préavis n'est possible que si le déménagement est venu soudainement et que vous n'avez pas eu la possibilité d'en informer le fitness à l'avance. Si le contrat ne dure encore que quelques semaines, il peut être difficile de le résilier sans préavis.

L'abus de droit n'est pas protégé

Le droit de résilier prématurément un abonnement fitness pour des raisons importantes n'est pas absolu. Ainsi, si vous avez dissout un abonnement de fitness en sachant clairement que vous alliez bientôt déménager, vous êtes lié au contrat. La loi ne protège pas l'abus de droit.