Consumo & Internet

Puis-je me défendre contre les inscriptions au registre des poursuites ?

Seulement dans une mesure très limitée, comme le Tribunal fédéral l'a précisé dans ses arrêts du 23 juillet 2021 et du 23 août 2021.

Depuis le 1er janvier 2019, toute personne qui souhaite que l'office des poursuites ne fournisse pas d'informations sur un recouvrement en cours injustifié peut introduire une demande (Voir aussi : « Comment puis-je me défendre contre des poursuites injustifiées ? »). Toutefois, l'office des poursuites n'approuve cette demande que dans des conditions très restrictives. Par exemple, tant la demande d'ouverture d'une action en justice par le créancier que le paiement de la dette par le débiteur excluent le succès d'une demande de non-divulgation.

L'inscription au registre des poursuites reste visible après une demande d'ouverture d'une action en justice

Dans le premier cas, le créancier a déposé sans succès une demande d'ouverture judiciaire après la proposition légale du prétendu débiteur. La demande ultérieure du débiteur de ne pas divulguer la perception de la dette est néanmoins restée sans succès : selon le Tribunal fédéral, si le créancier avait engagé une procédure d'élimination de la proposition légale, il prouverait ainsi le sérieux de la perception de la dette et le droit du débiteur à la non-divulgation n'existerait plus.

Après l'expiration de la validité de l'ordre de paiement, le débiteur a tenté d'obliger l'office de recouvrement à ne pas divulguer l'inscription du recouvrement caduc. Le Tribunal fédéral l'a également rejeté. En particulier, le débiteur aurait pu intenter une action en justice pour que le tribunal annule le recouvrement de la dette et nettoie le registre. En outre, le créancier ne pouvait plus rien faire maintenant que l'injonction de payer avait expiré. Il n'était donc plus possible de distinguer si le recouvrement de la dette était justifié ou non sur la base des actions du créancier. Par conséquent, « le registre des poursuites devrait être maintenu ouvert en tant que source d'information sur la solvabilité d'une personne ».

Le Tribunal fédéral a rejeté le recours et a condamné le plaignant à payer les frais de justice de 500 CHF.

Après le paiement du montant réclamé, l'entrée dans le registre des poursuites reste visible.

Dans le second cas, le débiteur avait finalement convenu avec le créancier d'un remboursement échelonné. Après avoir payé la dette, il a demandé, sans succès, la non-divulgation du recouvrement de la dette. Comme le rappelle le Tribunal fédéral, seul le retrait de la mise en recouvrement déclenche la radiation de l'inscription, mais pas le simple paiement du montant dû. La possibilité de demander la non-divulgation de l'inscription, qui existe depuis 2019, n'y change rien : « Le débiteur ne peut pas bénéficier de la nouvelle procédure s'il règle la créance après la notification de l'injonction de payer », indique le Tribunal fédéral en se référant aux délibérations parlementaires.

Le Tribunal fédéral a rejeté le recours et a condamné le plaignant à payer les frais de justice de 500 CHF.