Abitare

A quel volume puis-je écouter de la musique dans l'appartement que je loue ?

Pendant les heures de repos, le principe du niveau sonore normal s'applique. En dehors des heures de repos, le locataire peut augmenter le volume de la musique, mais là aussi, il y a des limites.

La bailleuse peut exiger des locataires qu'ils fassent preuve de respect les uns envers les autres. Les locataires doivent notamment respecter les heures de repos et ne doivent pas non plus infliger du bruit à leurs leurs voisins en permanence en dehors de ces heures. (Cf. aussi : « Insomnie parce que la voisine regarde les JO la nuit. Que puis-je faire ? »)

Pendant les heures de repos, le niveau sonore normal doit être respecté

En règle générale, le règlement de police local et / ou le règlement de la maison fixent des périodes de silence à midi et la nuit. Pendant ces périodes, le locataire ne peut écouter de la musique qu'à un volume ambiant.

Ni la loi ni la jurisprudence ne définissent ce niveau sonore normal en chiffres absolus. Ce qui compte, c'est de savoir si la musique est gênante ou non pour les autres locataires et les voisins. Cela dépend de différentes circonstances, telles que la situation de l'appartement, la structure de l'immeuble et également le moment de la journée.

Les locataires ne peuvent pas en permanence écouter de la musique bruyamment

La bailleuse ne peut pas interdire totalement la musique en dehors des heures de repos. Elle peut toutefois prévoir des règles supplémentaires dans le règlement de la maison. Des prescriptions selon lesquelles les locataires ne peuvent écouter de la musique que si les fenêtres sont fermées ou selon lesquelles l'écoute de musique à un volume supérieur au niveau normal n'est autorisée que pendant une durée déterminée sont admissibles.

Si le locataire passionné de musique argumente que sa musique n'est pas plus bruyante que les cris des enfants, il n'aura pas gain de cause. En effet, le bruit des enfants dans les zones d'habitation a été approuvé par la plus haute juridiction et est en principe autorisé. (Cf. : « Jouer au football dans le jardin est-il un motif de résiliation ? »)