En chemin

Deux accidents en peu de temps – permis à l'essai forcément retiré ?

Oui, comme l'a décidé le Tribunal fédéral le 23 avril 2020.

Le titulaire d'un permis de conduire à l'essai a provoqué un accident de la route. L'office de la circulation a alors envisagé d'engager une procédure administrative, mais l'a suspendue jusqu'à la conclusion de la procédure pénale. Le ministère public a alors déclaré le conducteur coupable de simple atteinte aux règles de la circulation par négligence, et l'ordonnance pénale a acquis force de chose jugée. Peu de temps après, l'homme a provoqué un autre accident de la route, à la suite duquel l'office de la circulation a annulé le permis de conduire à l'essai. Le Tribunal administratif a rejeté le recours contre cette décision et le Tribunal fédéral a confirmé la décision.

Révocation du permis de conduire à l'essai après deux infractions

La période d'essai du premier permis de conduire acquis pour les motocyclettes et les véhicules à moteur est de trois ans. Elle expire avec la deuxième infraction et peut être renouvelée au plus tôt un an après l'infraction et avec une expertise psychologique attestant son aptitude à conduire. Comme l'indique le Tribunal fédéral, le permis de conduire à l’essai repose sur l'idée que les nouveaux conducteurs « doivent faire leurs preuves dans la pratique de la conduite automobile pendant une période d'essai de trois ans avant de se voir délivrer définitivement le permis de conduire (illimité). »

La procédure administrative de la première infraction ne doit pas être terminée

Le conducteur débutant a fait valoir que son permis de conduire ne devrait pas être révoqué parce que la procédure administrative pour la première infraction n'était pas terminée au moment de la deuxième infraction. Le Tribunal fédéral n'a pas suivi cette argumentation. Une telle approche « privilégierait les conducteurs qui établissent plusieurs motifs de révocation dans un court laps de temps par rapport à ceux qui le font à des intervalles plus longs. » Cela ne serait pas justifié, car le premier représente un plus grand danger pour la sécurité routière que le second.

Le Tribunal fédéral soutient ainsi la décision de l'instance inférieure d'annuler le permis de conduire à l'essai.