Famille

Dois-je payer une contribution d’entretien pour le conjoint après un divorce ?

Seulement dans des cas exceptionnels, comme le confirme le Tribunal fédéral dans cinq arrêts annoncés le 9 mars 2021. Car après un divorce, chaque partenaire doit en principe subvenir à ses propres besoins.

Selon le Tribunal fédéral, la contribution d’entretien post-divorce « est régie par la primauté de l'autosuffisance fondée sur le libellé de l'article 125, alinéa 1, du code civil et donc par une obligation de (ré)intégration dans le processus de gain ». Dans ces cinq décisions, le Tribunal fédéral a précisé quand et dans quelle mesure l'autonomie est raisonnable après un divorce. Ce faisant, elle a dû évaluer différentes constellations.

Couple sans enfant

Un couple sans enfant se sépare après 8 ans de mariage, qu'ils ont mené comme une relation à distance. Au moment du jugement, l'épouse est âgée de 57 ans. Le Tribunal fédéral refuse l'obligation de contribution d’entretien post-divorce, alors que l'épouse s'était « complètement placée dans la dépendance financière de son mari » pendant le mariage. Au plus tard à partir de la séparation, elle a été obligée de « faire pleinement usage de sa capacité à subvenir à ses besoins ». L'exercice d'un emploi rémunéré est réaliste, par exemple dans le secteur des soins, le personnel plus âgé est également recherché (Décision du Tribunal fédéral du 3 novembre 2020).

Père qui a un emploi et mère qui a repris le travail

Un couple marié se sépare après cinq ans de mariage, l'enfant commun de 5 ans reste à la charge du père. Le père exerce une activité professionnelle complète. La mère, âgée de 36 ans, reprend après la séparation son activité lucrative dans le domaine des soins infirmiers, qu'elle avait abandonnée pendant le mariage, avec de nombreuses interruptions dues au chômage et à la maladie. Le Tribunal fédéral estime qu'aucune contribution d’entretien post-divorce n'est due à l'autre et oblige la mère à verser un montant proportionnel de contribution d’entretien en espèces pour l'enfant, ce qui permet d'attendre d'elle qu'elle travaille à plein temps après une période transitoire (Décision du Tribunal fédéral du 11 novembre 2020).

Père qui a un emploi et mère qui est sans emploi

Un couple marié avec trois enfants divorce après 17 ans. La mère, qui n'exerce pas d'activité lucrative et qui a une formation d'informaticienne, est âgée de 44 ans au moment de la séparation. Le Tribunal fédéral estime que le renoncement d'un des partenaire à sa propre carrière peut permettre à l'autre partenaire de progresser dans sa carrière. Néanmoins, après un divorce, chaque partenaire doit en principe subvenir à ses besoins. En l’occurrence, cela était raisonnable, car il était possible pour l'épouse de commencer une carrière dans l'hôtellerie, le commerce de détail ou dans les soins auxiliaires. En conséquence, le Tribunal fédéral a réduit la contribution d’entretien post-divorce à environ la moitié du montant initialement demandé (Décision du Tribunal fédéral du 2 février 2021).

Un autre couple marié avec un enfant commun se sépare après 13 ans. La mère, qui n'exerce pas d'activité professionnelle, est âgée de 41 ans au moment de la séparation. Le Tribunal fédéral estime qu’une activité lucrative de la mère est raisonnable et considère également que l'emploi dans le domaine des soins auxiliaires est réaliste dans ce cas, raison pour laquelle il a réduit la contribution d’entretien post-divorce à un peu moins de la moitié du montant initialement demandé (Décision du Tribunal fédéral du 9 février 2021).

Contribution d’entretien post-divorce non contestée

Dans un autre cas, le Tribunal fédéral n'a même pas eu à se prononcer sur le caractère raisonnable de la reprise d'une activité lucrative : Un couple marié ayant deux enfants ensemble s'est séparé après 14 ans de mariage. La mère, qui n'exerçait pas d'activité professionnelle, avait 49 ans à l'époque. Pour des raisons de procédure, le Tribunal fédéral ne se penche pas sur l'éventuelle capacité de la mère à subvenir à ses besoins et lui accorde une contribution d’entretien post-divorce jusqu'à l'âge de la retraite (Décision du Tribunal fédéral du 2 février 2021).